Des stations de la vie du peintre Bernard Buffet

peintre Bernard Buffet

Publié le : 01 mars 20173 mins de lecture

Avec Matisse et Picasso, Bernard Buffet est l’un des plus célèbres peintres du XXe siècle. Mais il fut probablement aussi celui qui fut le plus controversé et le plus détesté. Malraux ne l’aimait pas. Giono, Aragon, Druon et Simenon l’adoraient et le considéraient comme un génie. Dali disait : « Bernard Buffet froid »

Bernard Buffet a profondément souffert de l’absence de son père et de la mort prématurée de sa mère qu’il adorait et qui l’a laissé orphelin pour la vie. C’est de cette enfance meurtrie que Buffet tenait sa tristesse profonde. L’Occupation, la découverte des horreurs de la guerre, titre d’un de ses chefs-d’œuvre et thème récurrent de sa peinture. Bernard Buffet parait porter sur ses épaules tous les malheurs du monde que l’on retrouve également chez d’autres œuvres d’’art contemporain. Le mal hante ses tableaux et un désespoir récurrent  les habite. De ses personnages maigres, réduits au squelette, aucun ne sourit et même ses clowns pleurent. Ses villes, ses jardins, ses maisons, ses fleurs les plus colorées sont tristes et sa fleur préférée est l’épineux chardon. Dans l’œuvre de Buffet, le noir de nuit profonde, le noir du deuil ou du cauchemar des enfers est omniprésent.

Bernard Buffet a été un peintre mystérieux et solitaire qui a traduit dans ses œuvres le contexte artistique et culturel du moment. Parmi les nombreux contemporains qui l’ont marqué, on retrouve Sagan, Bardot, le frère aîné Claude Buffet, marchand de livres anciens rue Saint-Sulpice, avec sa femme et leur fille que Bernard aurait voulu adopter, la galerie d’art contemporain de Maurice Garnier, au dévouement inusable, à la foi profonde en l’art de son protégé. Pierre Bergé évidemment rencontré à vingt ans, avec lequel Buffet forma un véritable couple durant huit années de passion réciproque.

 De 1950, date de leur coup de foudre, à 1958, année glorieuse qui vit le triomphe de deux génies et la première rétrospective de Buffet à trente ans à peine ainsi que  la première collection d’Yves Saint Laurent pour Dior, à laquelle assistèrent ensemble les deux hommes. L’art contemporain a été profondément marqué par Bernard Buffet. Très apprécié au Japon où il a son musée au pied du mont Fuji et où ses cendres furent dispersées, Bernard Buffet campe en samouraï dans l’époque de l’art contemporain. Véritable soldat de la vie, homme libre et volontaire jusqu’à vouloir en choisir lui-même le jour et l’heure de sa mort.

Plan du site